Interlope, 2017

Nouveauté

 
Oeuvre : unique
Peinture : huile sur toile
Dimensions : 170cm x 140cm
Encadrement : l’oeuvre est vendue non encadrée
Certificat d’authenticité : oeuvre signée et livrée avec un certificat d’authenticité

4 300,00 €

 
A propos de l'oeuvre

Amorcée lors d'une résidence artistique à Moncontour en Côtes-d'Armor, cette série interroge plus particulièrement la notion d'espace. Dans ce village médiéval, ceint de remparts massifs,  les murs de granit sont omniprésents et dessinent un urbanisme sinueux et enfermant. On a le sentiment que chaque espace en contient un autre. L'atelier de l’artiste était lui même enclavé dans une cour intérieure et c'est de cette cour qu'elle photographiait les sujets qu'elle réinterprétait ensuite sur la toile. Le mur, qu'il soit de pierre où à colombages se pose dans cette série comme motif récurrent, à la fois enveloppe et surface, contenant et contenu. La peinture entretient également un lien avec cette idée et l'artiste se joue des espaces picturaux dans une perpétuelle mise en abîme.

On plonge dans ce tableau comme dans un aquarium. L’espace est exigu, contraint, les couleurs fluides, envoûtantes et pleines de reflets. De parts et d’autres, la lumière fuse, onirique. Une cabane enfantine nous tend des portes ouvertes gracieusement décorées. Mais comme dans le conte Hansel et Gretel, on a l’impression de découvrir un trésor dont on ferait peut-être mieux de se méfier, un trésor amer et grinçant dont les nuances des pierres précieuses pourraient bien tenter de dissimuler un piège. La corneille juchée sur le toit n’est-elle pas d’ailleurs un symbole funeste?

Comme pour toutes les toiles de la série Intramuros, la pierre pèse sur la scène et l’espace est saturé. L’ombre s’abat non sans effet dramatique, mais les rémanences du blanc de la toile apportent des respirations, du charme et de l’espoir.

La cabane peut –être perçue autant comme un jeu pour enfants que comme un abri précaire, ouvert aux quatre vents dans une architecture complètement fermée. Le motif de ses portes a été emprunté par Emilie Picard aux couvertures de l’établissement hospitalier Saint Thomas de Villeneuve présent sur le site de Moncontour. Au sol, les reliquats d’une peinture murale apparaissent sur des blocs de pierre cassés et indiquent une lente destruction. Le végétal se répand sous la forme de mousse et de quelques plantes mais le minéral reste tout puissant.

 
A propos de l'auteur

Emilie Picard est née en 1984 à Toulouse. Elle a étudié à Marseille (obtention du Diplôme Supérieur National d’Expression Plastique en 2009 avec les félicitations du jury) et s’est établie, si l’on peut dire, à Strasbourg où la ville lui a attribué un atelier au Bastion 14. L’atténuation que nous voulons apporter au verbe s’établir tient au fait qu’Emilie a coutume de se déplacer au gré des résidences artistiques, s''inspirant de chaque nouvel environnement pour dénicher autour d'elle les sujets propices à dérouler son chemin pictural. 

Les oeuvres de Emilie PICARD

Prendre rdv pour voir l’œuvre

Récemment vu